Mon meilleur compagnon

Tout le monde sait que le chien est le meilleur ami de l’homme. Ce qui est nouveau, c’est qu’il peut apporter un soutien fantastique aux diabétiques.

Les chiens d’alerte pour diabétiques ont le vent en poupe. En effet, ils sont déjà assez répandus, notamment en Allemagne, aux USA et en Grande-Bretagne. Ils ont pour vocation de faciliter un peu la vie des diabétiques et de leurs familles, car ils peuvent déclencher l’alarme dès que le taux de glycémie diminue, ce qui leur confère un rôle préventif pour éviter l’hypoglycémie.

UNE VIE AVEC LE DIABÈTE

 

La famille Bachmann est une famille comme les autres. Le petit Maël a 8 ans, et c’est à l’âge de 4 ans déjà qu’un diabète de type 1 a été diagnostiqué. Pour sa famille, qui est composée de sa maman, Sybille (42 ans), de son papa et de sa petite sœur Aline (5 ans), cette nouvelle a été un choc, mais ce n’était pas pour autant une raison de baisser les bras. Le quotidien de cette famille est aussi normal que celui d’une autre, à une différence près. La maman, Sybille, veille quotidiennement à ce que son fils Maël reçoive ses sept injections d’insuline et mesure son taux de glycémie 8 à 12 fois par jour. Malheureusement, le diabète n’est pas une maladie facile à gérer, et il peut arriver de manière répétée qu’il cause chez Maël un taux trop élevé de HbA1c ou une hypoglycémie.

C’est lorsqu’une émission sur les chiens d’alerte pour les diabétiques a été diffusée à la télévision, qu’il est rapidement devenu évident aux yeux de cette famille aimant les animaux que cela pourrait être une solution adaptée. Deux ans plus tard, la Golden Retriever Jabba était devenue un membre indissociable de la famille Bachmann. Cette chienne devait à l’avenir protéger Maël contre l’hypoglycémie et déclencher l’alarme en cas de glycémie trop faible. Mais pour cela, il fallait être prêt à s’engager dans une relation à long terme et un entrainement soutenu avec Jabba.

 

 

MISSION D’UN CHIEN D’ALERTE POUR DIABÉTIQUE

 

Entretemps, la petite Jabba a grandi et a déjà deux ans. Elle est devenue le compagnon préféré de Maël. Après qu’elle ait reçu une éducation de base approfondie, une formation spéciale de chien d’alerte pour diabétique a été rendue possible grâce au soutien de Sanofi Diabète. La mission principale consistait à apprendre à protéger l’enfant. La petite Jabba a dû, au même titre que tout autre chien d’alerte pour diabétique, apprendre à reconnaître la baisse de la glycémie chez Maël par l'odeur particulière que dégagent l’haleine et la sueur humaines dans ce cas-là. Elle a également dû apprendre à reconnaitre les premiers symptômes de l’hypoglycémie à travers l’humeur de Maël, comme par exemple lorsqu’il devient grincheux. En tout, la formation d'un chien d’alerte pour diabétique dure environ 8 mois en Suisse, et comprend un entraînement spécial au cours duquel le chien apprend entre autres à déclencher une alarme d’hypoglycémie en aboyant.

Lors de l’examen final, Jabba a dû maîtriser trois tâches indispensables dans sa future fonction de chien d’accompagnement pour diabétique. Ces tâches comprenaient par exemple les actions suivantes: apporter le lecteur de glycémie, reconnaitre les hypoglycémies, avertir en cas de coma… La jeune chienne a très bien fait son travail et est maintenant une chienne d’alerte pour diabétique certifiée qui surveille consciencieusement « son » Maël. Bien sûr, il y a encore quelques points à améliorer : par exemple, Jabba tend à s’endormir la nuit alors qu'elle devrait surveiller le petit Maël.

Mais la famille Bachmann est certaine qu’elle va s’améliorer avec le temps — et après tout Jabba reste un chien.

LA VIE AVEC JABBA

 

La famille est toujours ferme lors des entrainements avec Jabba, parfois tout va bien, puis parfois elle reste endormie au moment de reconnaitre une hypoglycémie. Dans l’ensemble, Sybille est plus tranquille en tant que mère. Jabba lui apporte de la sécurité et la rend moins soucieuse. Depuis l'arrivée de Jabba dans la famille, le petit Maël connaît non seulement moins d’hypoglycémies, mais a aussi trouvé en Jabba sa meilleure amie qui l’accompagne de très près dans sa vie quotidienne. Certes, un chien d’alerte pour diabétique n’améliore pas l’état de santé physique, mais il reconnaît rapidement une glycémie trop basse et donne l’alarme, souvent avant même que les premiers signes d’hypoglycémie n’apparaissent.

C’est ainsi que la famille Bachmann a non-seulement gagné une meilleure qualité de vie, mais aussi un compagnon STARK, sur qui on peut s’appuyer au quotidien. En Suisse, Sybille, Aline et Maël représentent un bel exemple, mais ils aimeraient également encourager beaucoup de familles concernées par le diabète à se décider à prendre un chien signalant les hypoglycémies, à l'instar de leur Jabba, afin qu’un tel compagnon renforce leur capacité à vivre avec le diabète et les rende plus STARK.

Le quotidien d’une famille avec le diabète

 

Maël et Sybille ont accordé une interview exclusive à Sanofi, au cours de laquelle le petit garçon et sa maman ont évoqué leur vie avec le diabète, mais aussi ce que celui-ci représente pour eux jour après jour. Quels sont les défis auxquels est confrontée cette famille ? Comment concilier une vie de petit garçon actif avec la gestion du diabète ? A quoi ressemble la vie avec Jabba, le chien d’alerte pour diabétique ? Cliquez ci-dessous pour découvrir le témoignage émouvant d’une famille courageuse mais néanmoins heureuse.

 

Une maladie encore méconnue du grand public

 

Comme nous le savons, le diabète est une maladie complexe. Qu’ils soient de type 1 ou de type 2, les patients nouvellement diagnostiqués ont souvent besoin de temps et d’encadrement par les professionnels de santé afin de comprendre le fonctionnement et les subtilités du diabète, puis d’intégrer celui-ci dans leur quotidien.

Vous avez sans doute remarqué l’erratum des journaux au sujet de la confusion entre insuline et glucose (sucre). Ainsi, les lecteurs ont été amenés à penser que le chien Jabba détectait une baisse d’insuline alors que l’insuline n’est pas ou quasiment plus produite chez les patients diabétiques de type 1.

Cette erreur représente le symbole d’une réalité persistante : le diabète reste une maladie mal connue de ceux qui ne sont pas directement concernés. Cela souligne l’importance de continuer à expliquer ce qu’est le diabète, pour entre autres faciliter l’intégration sociale des patients mais aussi favoriser la détection des premiers symptômes et ainsi un diagnostic précoce.

Réjouissons-nous d’autant plus de la réussite de Jabba et Maël et de la belle expérience que cette famille partage avec les autres jeunes patients de Type 1.

  • Like it? Share it!
  • Google+

Plus d'informations?

Sanofi est pionnier en matière de développement de traitements pour les personnes  diabétiques. En plus des médicaments analogues de l'insuline, de l'insuline humaine, des anti-diabétiques, des appareils de mesure de la glycémie et des aides à l'injection, notre large gamme consacrée au diabète comprend également de nombreux services pour les patients diabétiques, les médecins et le personnel spécialisé en diabète. Par le biais de l'initiative «STARK- pour bien vivre avec le diabète» de Sanofi Diabète, nous vous invitons  à venir participer à des  initiatives culturelles et sociales, nous soutenons également  les personnes diabétiques dans divers projets sportifs et prenons part à des programmes scientifiques.